La caverne du piaf
H. sera le lieu des besognes les plus basses et le sanctuaire de l'écriture ; l'endroit de son confinement et celui de sa liberté ; l'observatoire du monde en même temps que sa coquille, E. prend souverainement le parti de vivre dans la solitude, loin des divertissements de la ville et des rues balisées pour la foule, loin de ce qui se fait, de ce qui se pense et de ce qui s'écrit dans ces consensus confortables qui rassemblent les hommes, loin des manœuvres et des intrigues dans lesquelles ils trempent pour parvenir. Sans délectation morose, ni résignation, ni dégoût, ni emphase, elle fait le choix du retirement, puisqu'il constitue, elle l'a vérifié en elle-même, la seule condition pour que son esprit affronte ce devant quoi sans cesse les hommes se détournent : la présence en eux de ces forces obscures qui peuvent conduire au pire et dont elle a observé les ravages jusque dans sa propre famille. Lydie Salvaire.
  • Le oueb de l'oued
  • Nouveaux messagesNouveaux messages
  • Pas de nouveaux messagesPas de nouveaux messages
  • Forum VerrouilléForum Verrouillé
Nos membres ont posté un total de 279 messages
Nous avons 1 membre enregistré
L'utilisateur enregistré le plus récent est Le piaf